Archives pour la catégorie Acadie

La disparition du civisme au Nouveau-Brunswick

English version

La politique au Nouveau-Brunswick se définit de plus en plus par son manque de civisme. Cela est d’autant plus surprenant que les Acadiens et les gens des Maritimes sont reconnus comme étant chaleureux et accueillants. Qu’est-ce qui se passe? Comment expliquer toute l’animosité linguistique et la croyance que le bilinguisme officiel soit contraire à la saine gestion des fonds publics?

En l’absence de données probantes, il est difficile d’évaluer l’ampleur du mécontentement des Néo-Brunswickois. On comprend difficilement ce qui alimente ces chicanes acrimonieuses. Depuis les élections en automne 2018, les questions linguistiques ne cessent de diviser la population.

Lire la suite La disparition du civisme au Nouveau-Brunswick

The disappearance of reasonable people in N.B. politics

Version française

The current political discourse in New Brunswick has shown a surprising lack of civility. This is very much out of character with either the Acadian and Maritimer reputation for being warm and welcoming. What is going on? How can one make sense of the animosity about language?

It is difficult to understand what is fuelling this language strife. Motivations are as varied as the pulp acreage in the province. But at least since the fall election, language issues have been an obvious source of division.

Anglophone politicians and citizens alike tend to view language issues through the economic lens. Any expense related to the French language instantly come under severe scrutiny. There is a presumption of waste.

Lire la suite The disappearance of reasonable people in N.B. politics

La déportation acadienne s’exécute (partie 2)

Première partie : LIEN.

Et si on déportait 6 millions de Québécois la semaine prochaine? Combien d’années s’écouleraient avant que ce vaillant peuple se relève? L’Acadie coloniale a vécu l’horreur juste avant la Conquête de 1759 et en garde les séquelles à ce jour.

La déportation s’exécute

On connaît peu les incidents survenus après l’annonce d’expropriation faite aux Acadiens à l’Église de Grand-Pré en septembre 1755. Il n’est pas facile de départager les faits des mythes ou des bribes d’informations réinterprétées par les élites acadiennes beaucoup plus tard. Et même H. W. Longfellow n’y était pas, bien que son poème Evangeline (1847), traduit par Pamphile Le May (1870), en relate la tragédie.

En bref, des déplacements de masse s’amorcent et un peuple perd son âme vitale. Le territoire de l’Acadie péninsulaire, que tout un peuple a cultivé de ses mains pendant plus d’un siècle, s’envole en fumée.

Lire la suite La déportation acadienne s’exécute (partie 2)

Jeux de la francophonie : au-delà de l’argent

English version

Les Jeux de la Francophonie ont réussi là où les politiciens du Nouveau-Brunswick ont échoué : ils sont parvenus à créer un consensus qui atténue le clivage linguistique. Tant les francophones que les anglophones dénoncent la prétendue montée vertigineuse des coûts requis pour accueillir les jeux à Dieppe et Moncton en 2021.

Cependant, les arguments économiques qui s’opposent au financement provincial sont insuffisants. Ils souffrent de myopie et ne tiennent pas compte de facteurs importants, notamment la réputation internationale de cette petite province canadienne. La plupart des politiciens et citoyens persistent à défendre des arguments tendancieux dans les médias : ceux qui s’alignent avec leur préférences partisanes ou idéologiques.

Lire la suite Jeux de la francophonie : au-delà de l’argent

There is more to Francophonie Games than the money

Version française

The Jeux de la Francophonie has done something that politicians in New Brunswick cannot seem to do: foster unity across the language divide. Everyone is up in arms at the purported ballooning of costs of these Games, scheduled to be held in Moncton and Dieppe in 2021.

However, the economic arguments against provincial funding are short-sighted and fail to take into account key factors, not the least of which is the international reputation of a small Canadian province. Most politicians and citizens are making one-sided arguments in the media: those that line up with their partisan or ideological leanings.
Lire la suite There is more to Francophonie Games than the money

La déportation acadienne, une tragédie vue du Québec

Et si on déportait 6 millions de Québécois la semaine prochaine? Combien d’années s’écouleraient avant que ce vaillant peuple se relève? Pourtant, un tel drame a affligé les Acadiens dès 1755.

Dans une grande entrevue avec Gérard Fillion enregistrée le 18 octobre 2017, feu Bernard Landry se désolait de la « tragédie invraisemblable » et malheureusement oubliée de l’histoire française en Amérique du Nord : la Déportation des Acadiens. Ce Grand Dérangement, euphémisme évitant aux Acadiens de dire génocide, s’amorce en 1755 et se poursuit même jusqu’après la Conquête de 1759.

Le patriote Landry, l’un des plus grands indépendantistes du Québec, avait un sens affiné de l’histoire et une profonde amitié pour l’Acadie. Il s’agissait de ses propres racines qu’il assumait pleinement. Est-ce que les Québécois d’aujourd’hui ont une véritable appréciation de ce que Landry a décrit comme étant « une infamie, au même titre que la défaite référendaire » de 1995 ?

Lire la suite La déportation acadienne, une tragédie vue du Québec

Déliceux Fric-Opéra rock acadien

La caravane acadienne des Hôtesses d’Hilaire est arrivée sur les capes de roues à l’Impérial Bell de Québec le 15 novembre dernier. Une seule représentation de leur opéra Rock « Viens avec moi » et ils repartent déjà pour l’Acadie. Les critiques québécoises, déjà élogieuses y voient Star Mania. À vrai dire, il s’agit plutôt d’un Fric-Opéra Rock, servi à l’acadienne.

Tel un bon fricot acadien, cet Opéra-Rock est un savant mélange des meilleurs ingrédients du terroir acadien. Ce mets typique nous rappelle les racines mais reste intemporel. Ce fric-opéra fut savamment brassé et assaisonné par un Serge Brideau, fidèle à lui-même mais moins débridé qu’à l’habitude.

Car si la plume et l’originalité de Brideau bat la mesure de ce spectacle théatro-musical, sa présence s’est quand même faite discrète. Tel un Raymond Bourque, le fabriquant de jeu par excellence, Brideau a alimenté des artistes autour de lui. Il leur a laissé une place pour s’illustrer à l’avant-scène : et tous étaient à la hauteur.

Lire la suite Déliceux Fric-Opéra rock acadien

Robert Gauvin : politicien ou comédien?

Les dernières élections néo-brunswickoises, avec ses rebondissements et ses revirements, étaient dignes d’une série d’HBO. Les uns y voient House of Cards, d’autres Game of Thrones. (1) Ce n’est pas tous les jours qu’un chef de parti ayant moins de députés qu’un autre parti tente de former un gouvernement. À peine le temps d’écouter son discours du Trône, le premier ministre élu, Brian Gallant, cède sa place à Blaine Higgs qui défait le gouvernement libéral avec l’appui du People’s Alliance of New Brunswick (PANB).

L’équilibre actuel est fragile et les marges pour maintenir la confiance de l’Assemblée législative sont minces. Robert Gauvin, seul député progressiste-conservateur élu par une majorité de francophones, a été courtisé par les libéraux pour changer d’allégeance. En bout de piste, il a été récompensé pour sa loyauté en étant désigné vice-premier ministre. De son propre aveu, il assume de lourdes responsabilités puisque son siège « représente à peu près 33% de la population », avoue-t-il. (2)

Lire la suite Robert Gauvin : politicien ou comédien?

L’Acadien indépendantiste s’éteint

Bernard Landry était un homme de contraste et non de contradictions. Il fut un homme doté d’une personnalité politique d’envergure. Il avait une érudition indéniable et une compassion typiquement québécoise et défendait inlassablement une idée du 19e siècle (état-nation) tout en étant internationaliste. Il voulait humaniser l’économie et faire du Québec un pays.

Un homme fier de ses origines acadiennes en Nouvelle-Acadie est devenu l’un des plus grands penseur-praticien de l’indépendantisme québécois. Il a décrit, du même souffle, le traumatisme de la Déportation acadienne et la perte référendaire québécoise de 1995 comme étant chacune une infamie.

Les sécessionnistes du Québec perdent l’un de leurs canons. Une génération disparaît. Les hommes et les femmes qui ont côtoyé René Lévesque et porté son rêve à bout de bras disparaissent peu à peu. Cette perte titanesque du patriote Landry laisse un gouffre d’idée et d’action pour les indépendantistes d’aujourd’hui.


L’Acadien indépendantiste s’éteint

Mon Opinion

L’Acadie Nouvelle, 7 novembre 2018

L’Acadie: la mer, l’amère, la mère

L’Acadie, la mer

Qui nous avale

Nous recrache

Se cache au fond

Qui nourrit, donne vie

.

Des flux, des flots

Qui bercent.

Averses

Ah, vers ce

Large, on largue

Les amarres. Amers

.

L’Acadie, l’amère

Goûte sûre, pour sûr

L’amertume. La mer tu me

Mets dans tous mes états

Sans lois, ni état

.

L’Acadie

Un nid sans pays

Frontières

Frondes d’hier

À aujourd’hui

Aigrie, vieillie

.

L’Acadie, la mère

Ma mère, la terre

Entière et fière

Nourricière, guerrière

Mémère, nous berce

Ses vers se versent

Prélassent, délaissent

Le poids d’hier.

.

Réveil

L’esprit s’éveille

L’histoire renaît

On sait qui on est

La mémoire allume

La masse s’assume