Pour en finir avec Mme Bombardier

Question clé pour la francophonie

L’échange disgracieux Bombardier-Chrétien à Tout le monde en parle le 21 octobre dernier, a profondément blessé une bonne partie de la francophonie canadienne, voire américaine. Malgré les excuses sincères de Dany Turcotte, les Franco-Canadiens s’accommodent difficilement de certains Québécois qui les méconnaissent par mégarde ou, pire, qui s’obstinent délibérément à nier leur existence. Il est temps d’en finir et de se réconcilier.

Tout le monde en parle ne doit pas porter seul l’odieux. Il y a des dynamiques à l’œuvre difficilement réversibles. Radio-Montréal agace autant les régions du Québec que celles au Canada.

La francophonie canadienne était, à juste titre, outrée. Les mots transpercent, mais la communauté se relève. Elle en a l’habitude. Mais historiquement, c’est avec la majorité anglophone qu’elle a maille à partir. Les francophones, qui n’étaient pas tous des militants aguerris, ont décrié les faussetés et les préjugés que certains Québécois répètent sans vergogne à la télévision du service public et ailleurs.

Si partout au pays les francophones ont eu raison de s’indigner, il semble toutefois mal avisé de tirer à boulet rouge sur tout ce qui provient du Québec. Les frustrations mal exprimées risquent d’écorcher au passage bien des Québécois sympathiques à la cause, ou solidaires de la francophonie canadienne, tout en restant dans l’ombre.

Il ne faudrait non plus, dans un élan revendicateur, dénaturer des émissions francophones du Québec qui marchent, mais dont la formule laisse peu de place à la francophonie canadienne. Ils font de la comédie, non pas de l’analyse politique nuancée ou informée. Ne les prenons pas toujours au mot, surtout quand ils s’égarent ou ne sont pas drôles.

Bien qu’une meilleure représentation de la francophonie canadienne dans les médias de masse soit un idéal souhaitable, il s’agit d’un couteau à double tranchant. En effet, il ne faudrait surtout pas faire l’autruche à la Denise Bombardier et nier certaines vérités de la francophonie canadienne.

Le souhait d’une meilleure représentation de la francophonie canadienne, dans telle ou telle émission québécoise, pourrait très bien aboutir. Mais alors que faire si les cotes d’écoute ne suivent pas? Comment s’accommoderait-on du fait qu’une émission à 100 % franco-canadienne soit boudée par les Québécois ou, pire, à peine écoutée en francophonie canadienne?

Il y a une occasion en or qui se présente à l’ère post-Bombardier pour définir des projets porteurs et rassembleurs pour la francophonie. Les jeunes se mobilisent, de nouvelles voix s’expriment. Les organismes communautaires n’en demandaient pas mieux.

Les projets, définis par les jeunes en âge ou de coeur, qui naîtront des cendres de l’épisode Bombardier restent à définir. On ne sait trop où va aboutir le mouvement #ReveilTLMEP ou les autres qui émergeront par la suite, et c’est de bon augure. Les projets ambitieux sont souhaitables, surtout lorsqu’ils sont bien ancrés à un contexte communautaire et traduisent l’aboutissement d’un mouvement de fond.

Au Québec, le Centre de la francophonie des Amériques reprend habilement la balle au bond en corrigeant le tir dans les médias québécois et de la francophonie. Il persiste à faire valoir la grande amitié et solidarité des Québécois envers la francophonie canadienne. Le Centre et tous ses alliés travaillent inlassablement à bâtir des ponts au Québec qui franchissent les lacs et rivières du Canada pour rejoindre les autres communautés francophones.

La francophonie canadienne osera-t-elle franchir ces ponts et empoigner la main québécoise tendue?

Ricky G. Richard

Le 8 novembre 2018

==

Pour en finir avec Mme Bombardier

Publié dans le journal La Liberté (Manitoba), lettre à la rédaction, p. 4.

Publié dans L’Acadie Nouvelle, le 15 novembre 2018, Pour en finir avec Mme Bombardier

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s