Robert Gauvin : politicien ou comédien?

Les dernières élections néo-brunswickoises, avec ses rebondissements et ses revirements, étaient dignes d’une série d’HBO. Les uns y voient House of Cards, d’autres Game of Thrones. (1) Ce n’est pas tous les jours qu’un chef de parti ayant moins de députés qu’un autre parti tente de former un gouvernement. À peine le temps d’écouter son discours du Trône, le premier ministre élu, Brian Gallant, cède sa place à Blaine Higgs qui défait le gouvernement libéral avec l’appui du People’s Alliance of New Brunswick (PANB).

L’équilibre actuel est fragile et les marges pour maintenir la confiance de l’Assemblée législative sont minces. Robert Gauvin, seul député progressiste-conservateur élu par une majorité de francophones, a été courtisé par les libéraux pour changer d’allégeance. En bout de piste, il a été récompensé pour sa loyauté en étant désigné vice-premier ministre. De son propre aveu, il assume de lourdes responsabilités puisque son siège « représente à peu près 33% de la population », avoue-t-il. (2)

Continuer la lecture de Robert Gauvin : politicien ou comédien?

Pour des économies dérisoires

La décision du nouveau gouvernement ontarien de sabrer dans certains services vitaux aux Franco-Ontariens en a surpris plusieurs. En tant que Franco-Canadien, cette décision mal avisée et non suffisamment justifiée sur la place publique vient me chercher dans les tripes. Ma réaction est viscérale car ce n’est pas seulement des services ou des institutions phares de la dualité linguistique qui sont visées. On s’en est pris à des personnes brillantes que j’affectionne et que je connais.

Continuer la lecture de Pour des économies dérisoires

Abolishing Ontario’s French language Commissioner is a blow to minority rights across Canada

Francophone Ontario is the barometer of francophone communities in Canada. What happens if the wind changes direction or if a low-pressure system moves in?

A barometer measures atmospheric pressure. It is a gauge of the environment and weather systems. Official language minority communities in Canada know all too well how much environment plays a role in the expression of identity and collective aspirations. These systems, which come and go, can often hinder development (low pressure) or, in some cases, facilitate positive actions (high pressure).

Currently, there is a fast moving low-pressure system that seems to be threatening Francophones in Ontario and elsewhere. Canadians, and especially those who believe in linguistic duality, should be very concerned. The very fabric of the country might be tearing at the seams.

Continuer la lecture de Abolishing Ontario’s French language Commissioner is a blow to minority rights across Canada

Pour en finir avec Mme Bombardier

Question clé pour la francophonie

L’échange disgracieux Bombardier-Chrétien à Tout le monde en parle le 21 octobre dernier, a profondément blessé une bonne partie de la francophonie canadienne, voire américaine. Malgré les excuses sincères de Dany Turcotte, les Franco-Canadiens s’accommodent difficilement de certains Québécois qui les méconnaissent par mégarde ou, pire, qui s’obstinent délibérément à nier leur existence. Il est temps d’en finir et de se réconcilier.

Continuer la lecture de Pour en finir avec Mme Bombardier

Le Canada français ressuscité

La mort annoncée du Canada francais, dans sa forme traditionnelle, n’a pas étouffé l’idée d’une solidarité francophone pancanadienne. En dépit d’un territoire non contigu, des liens identitaires persistent entre toutes ces communautés, y inclus le Québec.

À partir des états généraux de 1967, les trajectoires nationales du Québec et de la francophonie canadienne ont bifurqué. L’ancienne unité canadienne-française, coulée dans le moule du catholicisme, volait en éclat. L’émergence d’une affirmation québécoise, territoriale et politique, obligeait les autres communautés francophones à se définir elles-mêmes.

Continuer la lecture de Le Canada français ressuscité

L’Acadien indépendantiste s’éteint

Bernard Landry était un homme de contraste et non de contradictions. Il fut un homme doté d’une personnalité politique d’envergure. Il avait une érudition indéniable et une compassion typiquement québécoise et défendait inlassablement une idée du 19e siècle (état-nation) tout en étant internationaliste. Il voulait humaniser l’économie et faire du Québec un pays.

Un homme fier de ses origines acadiennes en Nouvelle-Acadie est devenu l’un des plus grands penseur-praticien de l’indépendantisme québécois. Il a décrit, du même souffle, le traumatisme de la Déportation acadienne et la perte référendaire québécoise de 1995 comme étant chacune une infamie.

Les sécessionnistes du Québec perdent l’un de leurs canons. Une génération disparaît. Les hommes et les femmes qui ont côtoyé René Lévesque et porté son rêve à bout de bras disparaissent peu à peu. Cette perte titanesque du patriote Landry laisse un gouffre d’idée et d’action pour les indépendantistes d’aujourd’hui.


L’Acadien indépendantiste s’éteint

Mon Opinion

L’Acadie Nouvelle, 7 novembre 2018

L’Acadie: la mer, l’amère, la mère

L’Acadie, la mer

Qui nous avale

Nous recrache

Se cache au fond

Qui nourrit, donne vie

.

Des flux, des flots

Qui bercent.

Averses

Ah, vers ce

Large, on largue

Les amarres. Amers

.

L’Acadie, l’amère

Goûte sûre, pour sûr

L’amertume. La mer tu me

Mets dans tous mes états

Sans lois, ni état

.

L’Acadie

Un nid sans pays

Frontières

Frondes d’hier

À aujourd’hui

Aigrie, vieillie

.

L’Acadie, la mère

Ma mère, la terre

Entière et fière

Nourricière, guerrière

Mémère, nous berce

Ses vers se versent

Prélassent, délaissent

Le poids d’hier.

.

Réveil

L’esprit s’éveille

L’histoire renaît

On sait qui on est

La mémoire allume

La masse s’assume